Nadia Myre

“The Scar Project” [ENG] (« Le projet Cicatrice »)

 

Résumé: Grattez la croûte et que voyez-vous ? Une histoire que vous aimez ? Une histoire que vous détestez ? Une histoire que vous avez trop peur de partager ou une histoire que vous ne pouvez cesser de raconter ? Qu’on les aime ou les déteste, nos histoires sont des plaies qui ont façonné et influencé nos vies. The Scar Project est une œuvre d’art participative qui a évolué et est passée dans différentes communautés de 2005 à 2013. Il s’agissait de reconnaître ces histoires, de les nommer et de les partager – les écouter, et, ce faisant, nous apporter amour et compassion les uns aux autres et à nous-mêmes.

Bio: Nadia Myre est une artiste visuelle du Québec et membre algonquine de la Première Nation Kitigan Zibi Anishinabeg. Pendant plus d’une décennie, sa pratique multidisciplinaire a été inspirée par l’implication des participants ainsi que les thèmes récurrents de l’identité, de la langue, de la nostalgie et de la perte. Myre est récipiendaire de nombreux prix et bourses, notamment : le prix artistique Sobey Art (2014), le prix Pratt & Whitney Canada Les Elles de l’art du Conseil des arts de Montréal (2011), le prix à la création artistique pour la région des Laurentides du Conseil des arts et des lettres du Québec (2009), et une bourse de recherche du Musée Eiteljorg (2003). The Scar Project a été sélectionné à la Biennale de Montréal en 2011, ainsi qu’à la Biennale de Sydney en 2012. Le travail de Myre a reçu les éloges du New York Times, du Monde, du Washington Post et du Devoir, et a été présenté dans ARTnews, American Craft Magazine, ETC, Parachute, Canadian Art, C Magazine, Monopol et ESSE.