Romeo Gongora

« Repenser notre participation au monde. De Just Watch Me à Commun Commune » [FR]

Résumé: Lors de cette présentation, il s’agira d’explorer le concept d’espace commun par le survol de deux projets et leur synthèse. Just Watch Me, un projet qui converti une galerie en club social s’inspirant d’initiatives artistiques des années 60-70. Commun Commune, un laboratoire pour une expérience de vie en commune avec des inconnus pendant un mois et qui s’inspire des utopies québécoises et de la culture des communes des années 1970. Deux projets collaboratifs qui ont pour point commun d’ouvrir un espace de rencontre mais avec des modalités qui les distinguent.

www.clubjwm.com
Just Watch Me, un événement présenté et produit à la galerie d’art Leonard et Bina Ellen de Montréal

www.communcommune.org
Commune Commune, une œuvre en collaboration avec Angéline Desaulniers, Andréanne Martin, My Ta Trung, Camila et Cécilia Vasquez, et réalisé en coproduction avec 3e Impérial, centre d’essai en art actuel

Bio: Romeo Gongora (Canada/Guatemala) est un artiste visuel. En 2005, il a complété une maîtrise en arts médiatiques à l’UQÀM. Il est récipiendaire de nombreuses bourses et a présenté ses projets, entre autres, au Kin Art Studio (Kinshasa), HISK (Ghent), CAC (Lagos), The Office (Berlin) et Musée d’art Contemporain de Montréal. Récemment, il a été invité à travailler Aux Récollets (Paris), Centro de la Imagen (Mexico) et au Centre Culturel de Neumünster (Luxembourg). En 2007, il a débuté une résidence de deux ans au Rijksakademie van Beeldende Kunsten (Amsterdam) et, en 2009, il a représenté le Canada au Künstlerhaus Bethanien (Berlin).

« Je me considère comme un chercheur: ma finalité n’est pas un objet d’art, mais un projet de recherche se matérialisant sous une forme transdisciplinaire (performance, rencontres, écrits, installations, etc.). Mettant ainsi l’accent sur le processus plutôt que le produit final, mes travaux emploient le dialogue, l’empathie et la confiance comme une stratégie de production. Cette procédure implique une période de recherche en étroite collaboration avec différentes communautés. Le résultat est une œuvre in situ d’une intensité émotionnelle profonde qui vise à analyser les constructions socio-psychologiques d’un environnement physique et mental. »